• 22 mai 2024

L'amour, remède contre l'autisme

Powered by Florence HENRY

Accueil

Chers amis, bienvenue sur ce site.  Allez voir les témoignages, les interviews, le à propos et essayez ma méthode !

Je suis Florence Henry, je me présente comme une artiste apicurienne. C’est à dire « Adepte de la pensée APIcurienne ». Mot de mon invention avec une petite pointe d’humour de cet état d’esprit bienveillant inspiré de cette fameuse méthode que j’ai développée.

Cette méthode API est une approche révolutionnaire pour vaincre l’autisme.

Je vous propose ma « méthode API ». Créatrice dans l’âme, j’y ai moi-même dessiné des d’illustrations pour la rendre accessible à tous.

Consciente de bousculer toutes les idées reçues avec des techniques hors-normes, j’aime ce qui fonctionne alors, ne soyez pas craintifs de les commencer, je vous promets la surprise.

Pour me présenter rapidement, je suis née à Brest sur cette terre de légendes, fouettée par les vents, j’aime la mer et les embruns. La Liberté est pour moi un besoin absolu.

C’est d’ailleurs pour cette raison que je me suis trouvée volontairement confinée dans un petit village perdu au fin fond de la Bourgogne, mettant entre parenthèses ma propre existence, pour tenter de libérer ma fille de son autisme il y a de cela plus de 20 ans, je la voulais libre.

Treize années à lutter contre « l’Enfermement » de mon enfant ». Je créais sans le savoir, dans une très grande solitude des techniques nouvelles. Oui, je la voulais libre.

La liberté et l’espoir pour tous voici l’objectif de ma méthode API.

L’autisme, ce mal qui touche de plus en plus d’enfants (1 enfant sur 50 aujourd’hui!

Les chiffres augmentent tristement tous les ans. L’autisme, une prison dont on prétend ne pouvoir sortir…

De cette période est né un premier livre (« L’Enfermement » paru chez XO Editions) qui raconte cette aventure immobile mais intense, chargée d’Amour.

Têtue comme tous les bretons, j’ai toujours cru que l’impossible était possible si on le voulait vraiment, si l’on y mettait tout son cœur… Et j’ai gagné…

Avec ce même acharnement, je m’étais promise de faire partager ma méthode aux autres familles…Et c’est ce voyage autour des lettres, des mots, des chiffres que je raconte dans ce second livre intitulé : « Méthode API» (disponible sur www.amazon.com), une méthode empirique que j’ai mise au point au fil du temps, sans même m’en rendre compte, en associant « conditionnement » et « bienveillance ».
Avec cette « méthode » baptisée A-pi, que j’ai moi-même illustrée, vous trouverez des clés pour vous ouvrir les portes et lutter contre ces enfermements.

 Une promesse se tient, je m’en suis faite une il y a des années et c’est la raison de l’existence de ce site : aider ceux qui se trouvent dans la même situation que moi. Sachez que vous n’êtes pas oubliés, que vous n’êtes pas seuls, et que des personnes se battent en pensant à vous, à ce que vous vivez tous les jours.

C’est vrai, le chemin est dur et long: mais c’est possible… J’ai tâtonné avant d’être certaine de suivre la bonne voie pour ma fille, avant d’avoir trouvé mon système « dit du cahier ».

 L’objectif de ces ouvrages (l’enfermement, la méthode API, le système du cahier)sont de communiquer une force et proposer un « système » pour combattre l’autisme, pour ramener l’enfant. L’espoir restant l’élément essentiel de ce qui peut être appelé « une méthode » …

Le naufragé a besoin d’une boussole dans ce monde où parfois, il ne lui est proposé qu’un seul chemin, alors qu’il en existe une foule ; en voilà un nouveau où l’énergie de l’Amour est le moteur principal.

Surtout ne croyez les avis péremptoires qui brisent toute volonté de se battre : l’enfant est là, bien vivant, juste emprisonné dans cette machine qui ne fonctionne pas correctement ; il faut la faire démarrer.

Pour sauver quelqu’un que l’on aime, les règles préconisées par d’autres, même les « spécialistes », il vaut mieux quelquefois les oublier et juste écouter votre instinct, il vous donnera des ailes.

Pas non plus besoin d’avoir dix ans d’étude derrière soi pour enseigner les bases du domaine scolaire ou d’autre chose : de très bons livres existent et ils vous guideront parfaitement.

Nous sommes tous « psychologues » grâce à nos propres expériences ; le bon sens et la volonté d’essayer suffisent.

On transforme nos larmes en force, chacune d’elles étant un appel à lutter. J’ai tâtonné avant d’être certaine de suivre la bonne voie pour ma fille, avant d’avoir trouvé mon système « dit du cahier ». Fixez-vous des objectifs simples au début, ne regardez pas les autres.

Le seul grand ennemi est le temps, celui qui nous terrifie pour l’avenir de notre enfant et qui va pourtant devenir notre grand allié. 

Mots de médecins

Il est parfois difficile de trouver les mots qui permettent d’exprimer l’admiration que l’on ressent envers une personne qui représente à la fois le combat d’une vie, le défi d’une mère et la détermination d’une femme. La question de l’autisme ne cesse de faire débat chacun faisant faire valoir ses droits pour figer une vérité sur le sujet mais qui en réalité échappe à tous. Et alors que les querelles de clocher grondent il existe des femmes et des hommes, des mères et des pères qui œuvrent pour faire changer le quotidien des personnes avec autisme. Madame Florence Henry en fait partie et j’ai eu la chance et le bonheur de suivre son parcours et ses rêves pour que sa fille Océane puisse avoir un avenir. Il fallait rêver beaucoup, pour réaliser suffisamment, elle du construire des ponts là où tout semblait être fermé, ne jamais cesser de créer car c’est une nécessité essentielle lorsque l’immuable semblait remplir l’espace et le temps, et au-delà de tout ça il aura fallu à Madame Florence Henry croyance et persévérance en la vie pour faire de Leur enfermement un exemple de résilience. Cette méthode du « cahier » est la retranscription d’un savoir-faire, d’un savoir être qui offre un plate-forme de travail et de réflexion dans laquelle, chacun peut trouver, que l’on soit parents ou professionnels de l’accompagnement des personnes avec autisme, son propre cheminement pour soutenir et réaliser le possible.

Cette méthode n’a pas la prétention d’être un graal aux différentes méthodes éducatives et thérapeutiques sur la question de l’autisme, elle pourra être critiquée par son manque d’exigence scientifique et empirique mais elle est bien plus qu’une méthode elle est une invitation au dépassement, et c’est parce qu’elle nous offre l’exigence de ne jamais désespérer qu’elle représente une source d’inspiration.

Cette méthode intuitive est un trésor, où chaque page pourrait être une pierre précieuse à celui qui se retrouvera l’âme d’un chercheur, ses illustrations donnent vie à un texte qui nous amène mot après mot à l’exploit de tenter le lien pour éveiller le questionnement au risque heureux d’entendre une réponse. Il y a dans le cheminement proposé une réelle mise en place d’un dispositif où la rencontre peut se réaliser, où chacun peut exister dans ce qui résonne ici comme du soin.

Dr Alexandre Aïss

Psychologue clinicien

Directeur de l’association Eden – HM autisme

 « …Les résultats spectaculaires de la méthode API, mise au point par madame Florence Henry, méritent à l’évidence, une diffusion large, à tout le moins, des essais auprès des familles et des structures qui prennent en charge des enfants autistes …».

Docteur Jean-Pierre Laboureau (Ancien interne des hôpitaux de Paris- Ex chef de clinique à la faculté-Ex chef de service de pédiatrie de l’hôpital d’Auxerre)

« je soussigné docteur Sébastien Troussier reconnait que le pragmatisme des travaux menés par madame Florence Henry, au travers de la méthode A-PI, basés sur la confiance et la création pour défier l’autisme, revêt un caractère d’intérêt majeur dans l’accompagnement des familles de patients qui est nécessaire au cheminement des progrès escomptés ou insoupçonnés au fil de leur croissance.

Avec tous mes encouragements

Docteur Sebastien Troussier (spécialiste qualifié en médecine Physique et réadaptation)

J’ai appris, dit le Petit Prince 
que le Monde est le miroir de mon Âme…
Quand elle est enjouée, le Monde lui semble gai…
Quand elle est accablée, le Monde lui semble triste…
Le Monde, lui, n’est ni triste ni gai.
Il est là, c’est tout…
Ce n’était pas le Monde qui me troublait, mais l’Idée que je m’en faisais…
Alors, j’ai appris à accepter sans le juger totalement, inconditionnellement…

Le Petit Prince

Le Petit mot d’Océane

« Septembre 08

Quel travail de titans, tous les mots sont à travailler : tous ! Chaque verbe sous toutes ses formes, à toutes les personnes, à tous les temps, à tous les modes, je n’aurai pas assez d’une vie !! Personne ne peut imaginer, l’inépuisable quête, une tâche qui m’apparaît des fois trop grande.

Le plus dur à soigner chez elle, cela pourrait être la cause de dérèglements graves : ce regard des autres portés sur elle, ils ne comprennent pas que notre petite Océane ne progresse que si elle a confiance, son moral est touché au contact des autres, son image d’elle-même est si médiocre, pauvre petit cœur…Faudra donc t’il que j’aille terroriser tous les gosses qui l’entourent ?

Oui, c’est ce que je fais et ferai encore… Il y en a plein qui me détestent et ce n’est pas fini, j’irai « déglinguer » tous ceux qui feront du mal à mes poussins. Le groupe ne m’effraie pas. Je sais que j’ai raison, je la connais trop, je suis la seule qui sait traduire ses pensées et qui sait comment lui faire retenir les informations ».

 J’ai connu cette famille à l’occasion d’un bref séjour de Océane à l’hôpital, dans le  service dont j’avais la responsabilité.  Océane, que j’ai longtemps suivie en consultation, a bénéficié de l’amour et de la ténacité de ses parents qui se sont, sans se lasser, sans se décourager, sans rien abandonner, consacrés à l’éducation de leur fille,et à l’éclosion chez elle de capacités réelles que personne ne voulait reconnaître. Je ne doute pas que la relation de cette histoire soit passionnante et probablement  très instructive pour d’autres parents, d’autres médecins, et d’autres enseignants.

  Je souhaite à ce livre tout le succès qu’il mérite et dis à son auteur  et à sa famille,

               et à Océane tout le respect admiratif et amical qu’ils m’inspirent.

       Docteur Jean-Pierre L

         Pédiatre

           Ancien chef de service de Pédiatrie Auxerre

  Si aujourd’hui, Océane est libre, très peu de personnes ne peuvent imaginer la somme de travail s’inscrivant sur des années, jour après jour, et ce sans relâche pour obtenir ce résultat. J’ai été témoin de prouesses de la part de Florence sur les plans thérapeutique, éducatif, familial. Quand on dit que « l’amour d’une mère pour son enfant est plus fort que tout », je pense que l’histoire de notre Océane l’atteste. 

                                                                                   Le père d’Océane

                                  ——————————————————————————–

Nous avons connu une petite Océane, autiste, mais tous les efforts entrepris par Florence pour la sortir de son autisme sévère  sont plus que satisfaisants, une vraie récompense. Obstination et opiniâtreté sont payant, Florence n’a jamais renoncé…Nous même ne pensions pas que ce soit possible d’imaginer Océane devenir aussi vivante et pleine de joie, cela semblait impossible. C’est un vrai bonheur de la voir épanouie et pleine de force à affronter la vie.

Bravo à toute la famille qui a su trouver le courage de faire vivre leur petite Océane.

                                                                                       Michel et Monique

                                  —————————————————————————————

J’ai connu Océane, une après-midi d’Octobre, ou nous sommes passées la chercher avec ma  tante et les enfants  pour faire un petit tour de « Halloween ». C’était une belle petite  fille (6ans ?, je ne me rappelle pas ), avec un regard perdue, qui ne pouvait pas interagir avec le monde extérieure. Une petite autiste…  Elle est quand même venue avec nous, peut-être, parce qu’il y avait d’autres enfants ou juste, elle voulait voir « autre chose »… difficile à savoir. Elle ne parlait pas, ne disait rien….depuis ce jour, je vois  Océane régulièrement, je l’ai vu grandir, je l’ai vu progresser, se développer,  devenir une petite demoiselle, heureuse et épanouie !!  J’ai vu des  progrès, que, en tant que médecin, je n’aurais jamais pu imaginer  qu’ il serait possible un tel miracle !!! J’ai toujours admiré Florence pour sa dévotion et pour son  amour  tellement grand pour sa fille.

Elle  a réussi à faire ce que la médecine ne pouvait faire… Elle  a pu ramener  Océane de son petit monde vers le nôtre et nous a permis de la  connaitre et vivre avec elle ….  

Rencontrer cette belle fille aujourd’hui est étonnant, vous ne pourriez jamais imaginer qui elle a eu, de quel autre monde elle faisait partie…                                   
Maria Jose RUEDA

Medical Affairs • 
                                ——————————————————————                        J’ai vu Océane il y a environ 3 ans pour la 1ere fois. C’était au cours de judo, elle était avec sa maman. Elle était accroupie et pleurait. Sa maman accroupie également à côté d’elle semblait lui expliquer des choses. J’ai pensé que c’était une petite fille qui faisait une colère parce qu’elle semblait ne pas vouloir aller au judo…Mais non, atteinte d’un handicap lourd, elle faisait peine à voir. J’ai vu une maman qui expliquait comme elle pouvait encore et toujours des choses à sa fille, toujours d’une manière très posée. J’ai vu cette petite fille autiste qui écoutait peut-être sa maman sans trop la regarder, qui ne souriait jamais. J’ai moi-même travaillé avec des personnes Autistes, et je peux dire combien d’energie il a fallu pour soulever ces montagnes, pour que sa fille puisse être autonome, comme les autres. Océane, est maintenant une jeune fille très mignonne, très agréable, très souriante.                                                                                                                                       Julie B.                                       

                                  —————————————————————————————-

 » Ce que nous apprend le témoignage de Océane et de sa famille, c’est que l’autisme ne constitue guère un destin. Dans ce domaine, il n’est pas de carte qui impose un itinéraire tracé d’avance. Bien au contraire, l’horizon est toujours ouvert, et il semble qu’aucun isolement ne résiste à la persévérance d’un entourage aimant, à l’ingéniosité des uns et des autres dans l’exploration de voies nouvelles. 

L’autisme est une invite à interroger les limites de notre capacité à nous comprendre.

Inspiration pour les combats futurs, que d’autres auront à réinventer. « 

                                                                                                                                        Sophie P.

                               ——————————————————————————————

« Florence la bretonne » Le nom de guerre d’une battante ? Elle qui n’a jamais cessé de se battre pour Océane, pas un jour, pas une minute. La rage de vaincre l’habitait, l’abnégation totale de sa personne.  Une force hors norme, un esprit brillant, créateur, un exemple pour tous.

                                                                                                            Docteur Thierry Gaud.

                         ————————————————————————————————-

Il y a les êtres aimés, tous les projets inachevés…Un combat quotidien, dur, cruel…Mais, chaque minute, chaque jour, chaque mois, chaque années gagnées sont autant de victoire sur la fatalité.

Je la connais bien la Flo la bretonne, depuis son adolescence : Flo la force morale, Flo le travail sans relâche, Flo dont son ingéniosité lui permet de résister face aux épreuves, cette victoire semblait pourtant impossible à atteindre…

                                                                                                                            Marc B.

                         —————————————————————————————————-

« Lorsque j’ai connu Océane, elle avait 3 ans, c’était une petite fille effacée,  sans vie. Elle pouvait rester des heures sur le pot sans dire un mot ou subitement s’énervait et l’enfer s’ouvrait. Elle n’existait pas, elle ne regardait personne, ne comprenait pas ou n’entendait pas.

Puis ils ont déménagé dans une autre région, je voyais Océane épisodiquement, ce qui me permettait de constater que ses progrès étaient phénoménaux. Tout cela grâce a la patience et aux méthodes de florence. » Personne n’aurait pu imaginer cela possible.

                                                                                                                         Isabelle C