• 25 septembre 2022

L'amour, remède contre l'autisme

Powered by Florence HENRY

A propos

Une histoire

Ce projet fut d’abord, il y a dix-huit ans déjà, celui d’une mère comme une autre jusqu’au jour où tomba le diagnostic : sa fille était autiste. Après dix longues années de patience, de travail et de réflexion c’est une adolescente de treize ans qui entrait au lycée pour y poursuivre une scolarité normale. Aujourd’hui elle en a 18, elle se trouve en faculté, personne ne se doute, ni ne peut imaginer quel a été son passé.

Depuis de longues années, elle réfléchit et se bat à monter ce qu’elle aurait aimé trouver à l’époque, un centre « idéal » avec une organisation adaptée et une méthode donnant des résultats significatifs.

Un « sacrifice » de dix ans n’est tout simplement pas à la portée de n’importe quelle mère (ou de n’importe quel père) ; c’est dur pendant, après, que ce soit psychologiquement, économiquement, professionnellement, ce qui ajoute à l’intérêt de la création de ce centre pour les autres au service des autres.Par de multiples chemins qui pourraient des fois surprendre, elle a tenté de financer son idée de centre « un peu à part », c’est d’ailleurs grâce à cette expérience, qu’elle espère par son prochain ouvrage donner envie aux gens de confier à la structure la vente ou l’achat de leur produits…Inspirer l’idée d’un financement futur, solidaire, participatif, responsable, …

Un sauvetage

D’abord, il fallait croire que cette enfant devait et pourrait vivre une vie heureuse, et qu’une fois commencé, aussi balbutiant, aussi lent soit-il, cet apprentissage de la sensibilité, de l’entendement, de la communication par le geste et le langage, de la relation avec soi, avec les autres, il ne faudrait plus l’arrêter jusqu’à rejoindre, un jour, celui des adolescents reconnus normaux de même âge, et scolarisés depuis la petite enfance. Par la rage de vaincre il est possible de sortir un enfant d’un état autistique grave. Si la fille de Florence Henry, Océane n’était pas « foutue », pourquoi penser que les autres puissent l’être ? Aujourd’hui le combat est de développer sa méthode, de créer un centre comme elle aurait aimé en trouver à l’époque utilisant toutes les méthodes selon l’enfant mais pratiquant également la sienne puisqu’elle a en prouvé l’efficacité sur sa fille.

Ce que je souhaiterais mettre en place

Centres A~pi