• 25 septembre 2022

L'amour, remède contre l'autisme

Powered by Florence HENRY

Une méthode

Mon premier son « A » répété fut ma grande révélation : comme si la victoire était à portée de main ! D’où le titre de la méthode : « A-PI » ; mon « A » magique, cette première lettre de l’alphabet qui appelle la suivante ; les mathématiques sont partout : ce Pi possédant une symbolique de création, de résolutions de problèmes mathématiques complexes, jamais fini, il est le premier nombre  « mystérieux » appris à l’école primaire ; il est dit « que sa nature est spatio-temporelle, établissant un canal entre une entité énergétique (personne, objet, évènement) avec elle-même ou avec une autre : l’hyper conduction, un transfert d’informations entre les différents champs de conscience caractéristiques de l’univers »,  et surtout « happy », c’est la joie, la « clé » et l’objectif dans toute cette méthode.

Fixez-vous des objectifs simples au début, ne regardez pas les autres …

Témoignages:

 J’ai connu cette famille à l’occasion d’un bref séjour de Océane à l’hôpital, dans le  service dont j’avais la responsabilité.  Océane, que j’ai longtemps suivie en consultation, a bénéficié de l’amour et de la ténacité de ses parents qui se sont, sans se lasser, sans se décourager, sans rien abandonner, consacrés à l’éducation de leur fille,et à l’éclosion chez elle de capacités réelles que personne ne voulait reconnaître. Je ne doute pas que la relation de cette histoire soit passionnante et probablement  très instructive pour d’autres parents, d’autres médecins, et d’autres enseignants.

  Je souhaite à ce livre tout le succès qu’il mérite et dis à son auteur  et à sa famille,

               et à Océane tout le respect admiratif et amical qu’ils m’inspirent.

       Docteur Jean-Pierre L

         Pédiatre

           Ancien chef de service de Pédiatrie Auxerre

  Si aujourd’hui, Océane est libre, très peu de personnes ne peuvent imaginer la somme de travail s’inscrivant sur des années, jour après jour, et ce sans relâche pour obtenir ce résultat. J’ai été témoin de prouesses de la part de Florence sur les plans thérapeutique, éducatif, familial. Quand on dit que « l’amour d’une mère pour son enfant est plus fort que tout », je pense que l’histoire de notre Océane l’atteste. 

                                                                                   Le père d’Océane

                                 

Nous avons connu une petite Océane, autiste, mais tous les efforts entrepris par Florence pour la sortir de son autisme sévère  sont plus que satisfaisants, une vraie récompense. Obstination et opiniâtreté sont payant, Florence n’a jamais renoncé…Nous même ne pensions pas que ce soit possible d’imaginer Océane devenir aussi vivante et pleine de joie. C’est un vrai bonheur de la voir épanouie et pleine de force à affronter la vie.

Bravo à toute la famille qui a su trouver le courage de faire vivre leur petite Océane.

                                                                                       Michel et Monique

                                 

J’ai connu Océane, une après-midi d’Octobre, ou nous sommes passées la chercher avec ma  tante et les enfants  pour faire un petit tour de « Halloween ». C’était une belle petite  fille (6ans ?, je ne me rappelle pas ), avec un regard perdue, qui ne pouvait pas interagir avec le monde extérieure. Une petite autiste…  Elle est quand même venue avec nous, peut-être, parce qu’il y avait d’autres enfants ou juste, elle voulait voir « autre chose »… difficile à savoir. Elle ne parlait pas, ne disait rien….depuis ce jour, je vois  Océane régulièrement, je l’ai vu grandir, je l’ai vu progresser, se développer,  devenir une petite demoiselle, heureuse et épanouie !!  J’ai vu des  progrès, que, en tant que médecin, je n’aurais jamais pu imaginer  qu’ il serait possible un tel miracle !!! J’ai toujours admiré Florence pour sa dévotion et pour son  amour  tellement grand pour sa fille.

Elle  a réussi à faire ce que la médecine ne pouvait faire… Elle  a pu ramener  Océane de son petit monde vers le nôtre et nous a permis de la  connaitre et vivre avec elle ….  

Rencontrer cette belle fille aujourd’hui est étonnant, vous ne pourriez jamais imaginer qui elle a eu, de quel autre monde elle faisait partie…                                   

Maria Jose RUEDA
Dermatologist – Medical Therapeutic Area Specialist
Medical Affairs •  Galderma International S.A.S- France
    


                         J’ai vu Océane il y a environ 3 ans pour la 1ere fois. C’était au cours de judo, elle était avec sa maman. Elle était accroupie et pleurait. Sa maman accroupie également à côté d’elle semblait lui expliquer des choses. J’ai pensé que c’était une petite fille qui faisait une colère parce qu’elle semblait ne pas vouloir aller au judo…

Quelques temps plus tard, j’ai revu Océane et sa maman au cours de basket. Une maman très agréable et une petite fille en retrait, handicapée. J’ai vu une maman qui expliquait comme elle pouvait encore et toujours des choses à sa fille, toujours d’une manière très posée. J’ai vu cette petite fille autiste qui écoutait peut-être sa maman sans trop la regarder, qui ne souriait jamais. FLo, tu as réussi l’inimaginable ! j’ai moi-même travaillé avec des personnes Autistes, et je peux dire que tu as soulevé des montagnes, je ne sais quel travail tu as pu faire, quelle énergie il a fallut donner pour que ta fille puisse être autonome, comme les autres. Océane, est maintenant une jeune fille très mignonne, très agréable, très souriante, et qui fait son entrée dans l’adolescence comme toutes les jeunes filles de son âge !                                                                                                                                       Julie B.                                         

                                 

 » Ce que nous apprend le témoignage de Océane et de sa famille, c’est que l’autisme ne constitue guère un destin. Dans ce domaine, il n’est pas de carte qui impose un itinéraire tracé d’avance. Bien au contraire, l’horizon est toujours ouvert, et il semble qu’aucun isolement ne résiste à la persévérance d’un entourage aimant, à l’ingéniosité des uns et des autres dans l’exploration de voies nouvelles. 

L’autisme est une invite à interroger les limites de notre capacité à nous comprendre.

Inspiration pour les combats futurs, que d’autres auront à réinventer. « 

                                                                                                                                        Sophie P.

                              

« Florence la bretonne » Le nom de guerre d’une battante ? Elle qui n’a jamais cessé de se battre pour Océane, pas un jour, pas une minute. La rage de vaincre l’habitait.  Une force hors norme, un esprit créateur, un exemple pour tous. Nous ne devons plus abandonner nos autistes.

                                                                                                            Docteur Thierry Gaud.

                         

Il y a les êtres aimés, tous les projets inachevés…Un combat quotidien, dur, cruel…Mais, chaque minute, chaque jour, chaque mois, chaque années gagnées sont autant de victoire sur la fatalité.

Je la connais bien la Flo la bretonne, depuis son adolescence : Flo la force morale, Flo le travail sans relâche, Flo dont son ingéniosité lui permet de résister face aux épreuves, cette victoire semblait pourtant impossible à atteindre…

                                                                                                                            Marc B.

                        

« Lorsque j’ai connu Océane, elle avait 3 ans, c’était une petite fille effacée,  sans vie. Elle pouvait rester des heures sur le pot sans dire un mot ou subitement s’énervait et l’enfer s’ouvrait. Elle n’existait pas, elle ne regardait personne, ne comprenait pas ou n’entendait pas.

Puis ils ont déménagé dans une autre région, je voyais Océane épisodiquement, ce qui me permettait de constater que ses progrès étaient phénoménaux. Tout cela grâce a la patience et aux méthodes de florence. » Personne n’aurait pu imaginer cela possible.

                                                                                                                         Isabelle C

Une méthode qui apporte

Du vocabulaire

La gestion de ses émotions

« L’ordre »

270

La réussite