• 25 septembre 2022

L'amour, remède contre l'autisme

Powered by Florence HENRY

Une autre vision est possible

Contrairement à ce que beaucoup ont tendance à croire, le non-respect de la dignité humaine des personnes atteintes de syndrome autistique dans notre pays ne s’explique pas que par des réticences de nature économique : il s’explique avant tout par des réticences de nature culturelle.

Le risque existe de causer la souffrance au lieu de la soulager. La personne est toujours plus que son handicap : les émotions doivent être prises en compte,  ce sont elles qui permettent le progrès.

Maladie et le handicap sont considérés en France comme deux entités distinctes relevant de deux systèmes de prise en charge médicale : les actions positives et efficaces sont freinées ; si nous analysons les objectifs,  il n’y a pas opposition mais convergence et, c’est l’insertion sociale qui doit être le but recherché. Dans cette finalité, l’accompagnement doit prendre en compte les contraintes de cette insertion pour s’y adapter et non le contraire. Il faut sortir du système établi encore une fois, c’est un impératif éthique.

Remettre en cause des conduites, qui ajoutent de la souffrance à la souffrance est nécessaire.

Refuser une fois pour toutes la recherche automatique d’un « coupable » qui conduit à la stigmatisation : il y a des êtres qui souffrent et qu’il nous faut accompagner, c’est tout.